Quels nouveaux risques pour 2017?

Quels-enjeux-directeurs-achats-2017--TQue nous réserve 2017? quels sont les défis de cette année, quelles évolutions vont connaitre les principaux risques qui menacent les États et nos modes de vie?

Risques géopolitiques, économiques, migratoires, terroristes, climatiques...

Chacun d'eux est estimé par les médias et les experts en fonction des possibles choix et décisions du nouveau président intronisé Donald Trump.

Certains médias, comme le quotidien économique français "les Échos", se sont interrogés et tentent de dessiner une nouvelle donne mondiale en 2017 autour de quelques risques principaux:

  • géopolitique et conflits: un risque de guerre mondiale serait possible, comme le détaille et l'explique l'économiste Nouriel Roubini après l'élection de Donald Trump aux États-Unis et son concept d"America first", avec de nouveaux rapports Est-Ouest, la définition de nouvelles relations des États-Unis avec la Chine? la fin de l'Otan? des élections à risque en Europe (un possible quatrième mandat pour Angela Merkel en Allemagne?, un nouveau président en France, des élections aux Pays bas, anticipées probablement en Italie et en Grèce), des tensions avec la Chine avec un renforcement du pouvoir de Xi Yinping? et dix conflits à surveiller de près comme l'analyse Jean-Marie Guéhenno dans Foreign Policy avec  ce titre significatif "the world is entering its most dangerous chapter in decades".
  • économique: risque maximal pour l'économie mondiale? comme l'annonce le Figaro, après l'élection de Trump toujours, avec une possible fin du libre échange, pour quel Brexit après le rejet de l'Europe par le Royaume Uni, pour quelle remontée des taux,
  • migrations: un répit dans la crise migratoire en 2017?
  • terrorisme: vers une reconfiguration avec la liquidation annoncée du Califat islamique, comme le décrit Raouf Farrah dans le Huffington Post?
  • risque climatique en 2017: quelles nouvelles menaces avec quelles conséquences en raison du réchauffement climatique, comme le rappelle le quotidien Direct Matin, sur le risque sanitaire, les espèces et les lieux menacés? la politique des Etats-Unis va t'elle provoquer des risques accrus en raison de la nomination de Scott Pruitt, climato-sceptique de l'équipe de Donald Trump, nommé à la tête de l'Agence de l'Environnement, comme l'indique le journal le Monde dans son édition du 7 décembre 2016?
  • risque de cyberguerre et d'augmentation de la cybercriminalité, comme l'indique Nicolas Baverez dans l'article qu'il a écrit dans le Figaro le 15 janvier dernier, où l'on comprend que "le numérique devient un enjeu de sécurité décisif".

Les conclusions du Forum de Davos n'ont pas contredit ces prédictions peu optimistes.


Risque aérien: nouvelle liste des compagnies aériennes interdites en Europe

Le 16 juin 2016, la Commission Européenne a mis à jour sa liste noire des compagnies aériennes interdites de vol au sein de l'espace aérien européen.

Selon le siListe noire des compagnies aérienneste "La première liste (annexe A) recense toutes les compagnies aériennes faisant l'objet d'une interdiction d'exploitation dans l'UE. La seconde (annexe B) comprend les compagnies aériennes faisant l'objet de restrictions d'exploitation dans l'UE. Ces deux listes sont régulièrement mises à jour et publiées au Journal officiel de l'Union européenne. " 

Cette liste est consultable dans son intégralité ici

Vous retrouverez des éléments plus explicatifs sur le site français du service public où il y est précisé que 19 pays et 216 compagnies aériennes sont concernés.

Le processus d'établissement de cette liste est expliqué sur le site français du ministère de l'énergie, du développement et de la mer qui inclut également l'activité transport.


Le pire est il à venir en 2016 pour les risques terroriste, conflictuel, géopolitique, financier, climatique?

1184575_carte-mondiale-des-risques-leurope-sous-une-menace-inedite-web-tete-021558588648Les prévisionnistes tentent de nous éclairer sur ce qui pourrait se passer cette année et qui pourrait affecter la stabilité du monde. Pas beaucoup d'optimisme d'une façon générale. Qu'il s'agisse des risques géopolitiques, sécuritaires, financiers, environnementaux ou liés à la question des réfugiés.

La palme du catastrophisme revient quand même à Jacques Attali sur son blog de l'Express . A partir de réflexions alarmistes mais fondées, il prévoit presque le pire, malgré un titre alléchant, l'année des bonnes surprises.

Il anticipe, ce que confirment d'autres spécialistes,  bien décrit et illustré dans un article du quotidien les Echos, de nouveaux attentats terroristes, l'aggravation des conflits en cours, la naissance d'autres affrontements en Inde, en mer de Chine, en Afrique (peut être aussi à l'occasion des élections à venir en Afrique de l'Ouest); allant plus loin que la directrice générale du Fonds Monétaire International, qui annonce que "la croissance économique sera inégale et décevante", il évoque une nouvelle crise financière mondiale, plus grave que celle de 2008, annoncée également dans les prévisions iconoclastes de la banque danoise Saxo.

Il envisage de nouvelles catastrophes naturelles liées aux dérèglements climatiques que le journal le Monde, au travers de cinq cartes, illustre bien dans son article intitulé les enjeux géopolitiques liés au climat.

Mais on ne peut passer sous silence le million de réfugiés et de migrants qui ont fui leurs pays en 2015 pour espérer des jours meilleurs en Europe. Cet afflux est une préoccupation majeure des dirigeants européens qui ne sont pas d'accord sur les conditions de leur accueil et constitue en même temps qu'une menace pour la stabilité de l'Europe, un immense défi pour réussir leur intégration, comme l'explique cet article du journal l'Opinion.

Bref, le pire est il à venir?


Avant de partir, informez vous sur les différents risques pouvant perturber vos déplacements: risques terroriste, aérien, maritime, sécuritaire, sanitaire, juridique, culturel...

Republique-dominicaine-passeport

Peu de destinations échappent à la violence. Les récents attentats en France, en Tunisie et au Koweït incitent à la prudence. Il est de plus en plus indispensable de  vous prémunir contre tous les risques possibles. Vous trouverez ci dessous quelques éléments pratiques à consulter pour partir en toute sérénité:

  • risque maritime: vous trouverez des informations sur les régions les plus concernées par les actes de piraterie, remises à jour régulièrement sur le site de IMB piracy reporting center avec, dans la partie droite, des liens pratiques pour connaitre les derniers événements et le numéro de la hotline accessible 24h sur 24,
  • risque sécuritaireconseils aux voyageurs incontournables avec le portail Ariane, créé par le ministère des Affaires étrangères et européennes qui "permet aux voyageurs français qui le souhaitent de communiquer des données relatives à leurs voyages à l'étranger.
    Ces données pourront être exploitées, en cas de crise uniquement, par le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) et par les ambassades, afin de contacter les utilisateurs dans l'hypothèse où des opérations de secours seraient organisées"; une carte interactive mondiale des risques politique et terroriste proposée gratuitement par l'assureur Aon pour ceux qui veulent en savoir plus. A consulter également cette carte interactive éditée par le ministère canadien des affaires étrangères régulièrement mise à jour.
  • risque sanitaire: l'information sur les vaccinations obligatoires par pays ainsi que les dernières alertes et actions au niveau mondial des flambées épidémiques conçues par l'O.M.S, une carte mondiale interactive des alertes sanitaires dans le monde, la page de l'OMS consacrée aux aux précautions sanitaires à prendre avant de voyager.
  • risque juridique: pensez à regarder la couverture assurantielle que vous proposent vos cartes bleues, visa, amex etc. et, si nécessaire, pensez à souscrire une assurance spécifique auprès de votre agence de tourisme ou de votre assurance. N'oubliez pas de faire des copies de vos documents de voyages, billets, passeports, cartes de paiement, et de les stocker pour les avoir à disposition rapidement en cas de sinistre...pourquoi pas les scanner et vous les adresser sur votre adresse mél habituel? Accessible de n'importe quel pays du monde, il vous sera facile, en cas de problème, de retrouver et d'imprimer les copies de vos documents?
  • risque culturelle site du ministère français des affaires étrangères vous donne, pays par pays, les comportements à adopter pour respecter les us et coutumes des pays dans lesquels vous avez l'intention de vous rendre. 
  • risque lié aux systèmes d'informations: téléchargez gratuitement la petite brochure appelée passeport de conseils aux voyageurs publiée en 2015 par le gouvernement français. Il donne des conseils utiles toujours valables. Réservé aux professionnels comme à tout utilisateur soucieux de protéger ses informations et ses données, ce passeport fournit un grand nombre de conseils très utiles sur les précautions à prendre lorsque l'on se déplace à l'étranger avec son téléphone, son ordinateur, son "smartphone", son "netbook" etc.

Passez un bel été et...bon voyage!


Risques pays: la Coface et le forum de Davos établissent leurs prévisions pour 2011

Les Echos risque pays Coface0201079363802_web En ce début d'année, ces deux organisations ont formulé avec leurs experts quelques prévisions pour cette année.

La Coface a tenu sa grande réunion annuelle à Paris le 18 janvier dernier. Vous en retrouverez les principales interventions sur ce lien. A retenir, et c'est le tournant majeur de ces dernières années, comme l'indique le quotidien français les Echos,: "Désormais, les pays émergents représentent souvent des risques d'impayés moindres que certains pays de la zone euro... Les risques de bulle chinoise ou de la dette souveraine européenne pèseront sur l'année 2011... Les grands pays émergents bénéficient aujourd'hui de notes équivalentes à celles de bien des grands pays de l'Union européenne"...La deuxième conclusion significative est que, selon l'analyse qu'en fait la Tribune: "la croissance mondiale devrait ralentir en 2011 à 3,4% contre 4% en 2010, sous les effets conjugués du désendettement du secteur privé, de la mise en place des politiques budgétaires restrictives en Europe, de la hausse possible des matières premières et du ralentissement attendu du commerce mondial".

Le 26 janvier a débuté le forum mondial de Davos. Au delà des débats qui ont réuni plus de 2500 experts représentant 90 pays dont vous trouverez ici le résumé, les experts du forum ont identifié cinq risques auxquels il convient d'être attentifs cette année:

"- Cyber security
- Demographic challenges and opportunities
- Resource security
- Retrenchment from globalization
- Weapons of mass destruction".
Les experts qui ont préparé ce forum ont déterminé les risques principaux pour 2011 en tenant compte, comme tente de le montrer ce blog depuis sa création, des risques aussi variés que la gouvernance mondiale, le management des océans, la criminalité, la corruption, l'économie et la finance etc. Vous en trouverez ici les principaux développements: Global competitiveness report, Global risk report 2011, digital ecosystem convergence between IT, Media, and Entertainment, scenarios to 2015.



Risque criminel en entreprise: la fraude a plus que triplé depuis 2003

Etude_fraude_fr_09_1 Le cabinet PricewaterhouseCoopers vient de faire paraitre la cinquième édition de son enquête mondiale sur la fraude en entreprise, en partenariat avec l'INSEAD . Les résultats de l'étude effectuée auprès de 3000 entreprises dans le monde, font apparaitre que la crise favorise la fraude qui a plus que triplé depuis 2003 et, fait nouveau, que les directions générales en seraient en partie responsables, du fait de la pression mise sur leurs collaborateurs pour atteindre les objectifs fixés.

Les principales conclusions, mises en évidence dans l'édition du 30 novembre dernier du quotidien économique les Echos, sont les suivantes:

  • une grande entreprise sur deux est touchée par la fraude,
  • les fraudes comptables (détournements d'actifs,malversations) sont en forte croissance et devraient encore augmenter cette année: 46% des entreprises de plus de 1000 salariés sont touchées par la fraude,
  • la fraude interne est la plus répandue et le middle management en serait à l'origine dans 42% des cas contre 26% en 2007,
  • la mise en œuvre d'un processus de management et d'évaluation des risques permet d'éviter et de détecter la fraude: cela est vrai pour 46% des entreprises dans le monde en 2009 contre 34% en 2007,
  • une plus grande sévérité est constatée vis à vis des fraudeurs: dans 85% des cas, les salariés reconnus coupables ont été licenciés en 2009 contre seulement 40% en 2007.
  • les entreprises sondées anticipent, dans les douze mois à venir, un accroissement de 9 points des détournements d’actifs (de 13% à 22%) et de 5 points de la fraude comptable (de 6% à 11%)".
L'intégralité du rapport est consultable en s'étant préalablement inscrit sur le site de PwC à cette page.


Risque informatique: panorama de la cybercriminalité en 2007

Surveillanceordinateuraa042956getty Le Club de la Sécurité de l'Information Français (C.L.U.S.I.F) vient de publier son panorama de la cybercriminalité en 2007. Comme l'indique dans une excellente synthèse le Journal du Net, d'où est issue l'illustration ci jointe, le mot "sophistication" pourrait caractériser cette année, avec en particulier un exposé des menaces sur les nouveaux mondes virtuels très convaincant. Ce qui fait la valeur d'un tel panorama c'est qu'il a été réalisé en collaboration avec des entreprises privées (AIG, MacAfee, CERT-Lexsi, Orange...) et des organismes publics spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité (Police Judiciaire, Gendarmerie Nationale, Sûreté du Québec...). Conçu selon un plan mettant bien évidence les caractéristiques des menaces, chaque partie est conclue par une webographie précise.
Font donc l'objet de développements particuliers:

  • les mondes virtuels, dominés par l'appât du gain,
  • la volonté de déstabiliser, de perturber avec une analyse des attaques en réputation (affaire Castlecops), du hacking, de l'espionnage industriel (sur Mc Laren et Ferrari, Renault et Mc Laren, vols de secrets de fabrique des sociétés DuPont et Duracell), des opportunités de malveillance et de renseignement autour des réseaux sociaux, par la captation et la diffusion de données personnelles et confidentielles,
  • la sophistication des attaques,
  • les enjeux malveillants sur le e-commerce, avec les fraudes aux cartes bancaires via Internet, les escroqueries sur les sites d'enchères, via le "carding, le cashing (escroqueries ou circuits de blanchiment), le skimming" à l'échelle européenne,
  • l'évocation des faits marquants de l'année comme la cyberguerre en Estonie ou les cyberattaques chinoises dont il faut selon les auteurs relativiser la portée, les enjeux de sécurité sur les infrastructures de type Scada.

Le détail de tous ces éléments peut être directement téléchargé sur ce lien vers le site du CLUSIF.


Risque sécuritaire: la fraude au hit parade des actes criminels en entreprise

Images_dalton "La fraude reste une menace importante pour les entreprises avec un coût toujours très significatif": c'est la conclusion globale à retenir de la dernière et quatrième étude 2007 du cabinet PriceWaterHousecoopers, consacrée à la criminalité dans les entreprises en France, en Europe et dans le monde. Cette étude  , réalisée en collaboration avec l'agence allemande TNS-Emnid  et l'Economy and Crime Research Center de l'université Martin Luther de Halle-Wittenberg, met en exergue un certain nombre de conclusions dont voici les principales:

  • la fraude touche toutes les catégories d'entreprises,
  • la fraude reste l'un des risques majeurs: 43% des entreprises mondiales sondées ont reconnu en avoir été victimes dans les deux dernières années,
  • parmi les fraudes les plus répandues, les cas déclarés de corruption se trouvent au 3ème rang au niveau mondial,
  • aucun secteur n'est épargné: celui de l'assurance est le plus touché avec des pertes évaluées à 3,2 millions d'€ par entreprise, pour une perte globale tous secteurs confondus estimée à une moyenne de 1,7 millions d'€,
  • dans les cas de fraudes les plus sérieux, une fois sur deux, un salarié de l'entreprise est coupable,
  • la fraude existe de façon significative dans les pays émergents: 7 concentrent la moitié des pertes financières observées au niveau global; il s'agit de l'ensemble des pays regoupés sous l'appellation "Groupe E7": Brésil, l'Indonésie, Chine, Inde, Mexique, Russie et Turquie,

L'intérêt de cette étude, outre qu'elle détaille la méthode utilisée pour parvenir à ces résultats (plus de 5400 entreprises sondées) est qu'elle met en lumière des facteurs rarement mis en évidence, que de nombreux graphiques illustrent les démonstrations, et que des solutions sont proposées pour tenter d'enrayer ces phénomènes criminels.

A noter que de nombreux journaux ont fait état de cette étude et que le quotidien économique français les Echos en a fait une analyse fouillée dans son édition du vendredi 23 novembre dernier (article payant).


Cybercriminalité

Cybercriminalit Comme l'indique la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information helvétique sur son site dans son rapport semestriel "les attaques lancées dans un dessein d'enrichissement illégitime contre des services financiers suisses et la menace due à l'espionnage industriel ciblé par Internet constituent les thèmes principaux du cinquième rapport semestriel de la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (MELANI)."
Outre l'intérêt d'une telle démarche, l'analyse prend également en compte l'évolution de la cybercriminalité mondiale, ce que le site de sécurité ZATAZ relate parfaitement dans sa rubrique acualités:
"Le rapport montre que les attaques classiques basées sur le principe du « phishing » et visant les services financiers suisses ont fortement baissé... Par contre, le nombre d’attaques réussies par maliciel a augmenté.... Les maliciels sont distribués le plus souvent par des courriers électroniques dont le nom de l’expéditeur est falsifié. Soit les logiciels nuisibles se trouvent dans l’annexe au courriel, soit un lien aboutit à un site spécialement préparé, qui télécharge le maliciel sur l’ordinateur de la victime sans que celle-ci ait fait quoi que ce soit. Dès qu’un ordinateur est infecté, un système d’e-banking, même bien sécurisé, n’offre plus aucune protection.

L’espionnage ciblé vise non pas seulement les exploitants d’infrastructures vitales, l’industrie de l’armement ou les administrations publiques, mais également les entreprises d’importance moyenne du secteur industriel ainsi que les fabricants d’articles de luxe ou de mode. Là aussi, la plupart des attaques impliquent le recours à des maliciels envoyés au moyen d’un courriel par un expéditeur dont le nom est falsifié. Ces courriels sont généralement adressés de façon ciblée à des collaborateurs déterminés. La formulation et le contenu se réfèrent aux activités de la victime. Celle-ci n’a donc aucun soupçon et ouvre les annexes truquées ou clique sur le lien figurant dans le courriel. Comme les attaques sont ciblées et qu’elles recourent à des maliciels spécialement créés, les antivirus ne les reconnaissent généralement pas."
Des raisons supplémentaires pour se préoccuper de la sécurité des systèmes d'information en utilisant sans compter les conseils formulés par les organismes spécialisés comme ceux de la Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d'Information,  de la C.N.I.L ou orientés entreprises comme Symantec, le Club de la Sécurité de l'Information Français (CLUSIF) sur lequel sont indiqués des liens vers d'autres sites travaillant sur ces questions


Risque économique et financier: l'affaire SWIFT

Medium_img_5269bis Le 8 juin dernier le site français d'informations L.C.I dans une vidéo consultable sur le site met en cause la société belge SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication)dont l'activité principale est la gestion des transactions financières. Cette entreprise est accusée, depuis la révélation de l'affaire par la presse américaine le 23 juin 2006, de transmettre aux autorités américaines, via son réseau de surveillance, des informations sur  les transactions financières mondiales effectuées par les banques. Le prétexte en est la détection des flux financiers suspects en vue de cerner les éventuels réseaux terroristes. La C.N.I.L française, comme l'ensemble des C.N.I.L européennes, a dénoncé ces pratiques depuis décembre 2006, la dernière fois le 13 juin dernier. Fin 2006, le G29, groupe européen de coordination des autorités de protection des données de l'Union Européenne, "a considéré que SWIFT n’a pas respecté les règles européennes de protection des données  en acceptant de communiquer aux autorités américaines les données bancaires transitant par son réseau". La CIA et le Trésor américain bénéficient en effet d'un accès permanent à toutes ces données.
D'une façon plus globale, la question est de savoir si au nom de la lutte antiterroriste les règles de protection des droits fondamentaux des citoyens et de confidentialité de certaines opérations effectuées par les entreprises,  peuvent être neutralisées voire bafouées?